Pourquoi j’aborderais ma rentrée autrement que j’en ai l’habitude ?

De Vanessa Novo

Cette notion d’opposer les vacances au travail n’est en général pas une bonne chose.

Dormons-nous 1 semaine entière sur 4 ? Non ! Alors que peut-on attendre de notre rentrée ?

Il y a ceux qui sont ravis de reprendre un rythme soutenu, de pouvoir retrouver une routine, un cadre et de l’action productive. Pour eux, faire, faire et faire c’est salutaire!

Et puis ceux qui quelques jours avant la fin des vacances, stressent déjà. Stressent à l’idée de se remettre « dans un bain » qui ne leur a pour le moins pas manqué pendant leur pause estivale, stressent encore en souhaitant trouver des solutions pour transformer leur quotidien en quelque chose de plus séduisant, reposant voire même « vacancier » ; quand ils ne procrastinent pas l’idée même que le jour de la rentrée est réel et qu’il sonne demain matin 6h30.

Procrastiner, le mot est lâché. Ce dernier vous fait hérisser les poils, l’entendre c’est déjà une chose désagréable, le sentir circuler des heures durant dans notre corps est stressant jusqu’à l’anxiété elle-même.

Et puis, parmi tant d’autres vous, vous qui entendez et finissez même par écouter cette petite voix qui vous souffle que ça va bien se passer. Pourquoi y aurait-il quelque chose à changer ?

On pourrait entendre : — Je suis rechargé, conscient de mes ressources. Ma batterie descendra certainement un peu mais maintenant je sais, j’ai compris comment faire, le bouquin de pleine conscience digère encore harmonieusement dans mon ventre et mes cellules s’imprègnent pour la vie des cours de yoga en bord de plage ; je respire même au rythme de vagues, c’est dire. Je défie quiconque de me prouver que cette fois, c’est la bonne, pour la vie !

En principe, pour que ces lignes soient un tant soit peu congruentes ou crédibles journalistiquement parlant, je devrais vous servir à suivre les POUR et les CONTRES.

Et si je vous indiquais brièvement comment se régénère le cerveau ?

Comment repose-t-on son esprit ou son cerveau ?

· Ne rien faire / déconnecter, être là, rêvasser ou juste laisser notre esprit en roue libre sans nourrir les pensées qui vont y circuler

· Faire du sport

· Lire

· Peindre, dessiner

· Cesser de ruminer et de repasser sa journée en boucle le soir

· Focaliser sur les choses sur lesquelles on peut agir maintenant, contrairement à tout ce que l’on peut nous prôner ou que l’on tente de programmer en nous, on vit maintenant, on crée maintenant et tout est différent d’un instant à l’autre.

· Méditer

· Se balader, nager

· Partir faire un tour à moto, en bateau

· Décider de déléguer tout le baratin psychologique que l’on nous sert là où il sera plus utile (la pression du bonheur).

· Toute activité qui ne comporte pas de notion de performance/ pression/ comparaison

Est-ce utile que je mette en perspective les POUR et les CONTRES ?

Décidons-nous de manger 10kg de nourriture d’un coup pour adopter ensuite la disette 1 mois durant?

Si l’énergie vit en août, elle vit le reste de l’année.

Ménager, gérer et reposer son esprit au quotidien. Voilà une des clés pour éviter de se laisser emporter par cette pression que l’on s’inflige et qui nous fatigue tant.

Faire le vide pour être plus créatif, laisser notre cerveau se régénérer pour carburer au rythme qui nous fait tant vibrer, prendre du recul et mettre en place cette hygiène de vie pour ne plus faire la différence entre les vacances et le travail.

Il n’y a pas à choisir, il y a à penser à la vie qui nous convient à long terme, il y a à agir en conséquence maintenant et à vivre en conscience chaque seconde.

Et vous, vous choisissez de vivre ou de mourir à petit feu ? Souvenez-vous, je viens de vous dire qu’il n’y a pas à choisir.

VANESSA NOVO

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire